VADIM VERNAY Quand la poésie déborde

Vadim Vernay - Myosotis - La mine

Les courriers se sont perdus… avec quelques mois de retards donc, La mine rend un bien bel hommage au second album de Vadim Vernay, Myosotis paru en mars dernier en lui offrant… la couv ! Article paru dans le numéro 8 de novembre 2007. Retrouvez tous les anciens numéros sur le site de La mine.

Courant septembre, je me retrouve avec un bouquet de myosotis dans les mains. Les myosotis sont de jolies petites fleurs bleues. Elles poussent plutôt dans les montagnes, et plus précisément, dans le département de l’Isère, et, est-ce un hasard, l’auteur de ce bouquet se nomme Vernay, nom qui a ses origines, me semble-t-il aussi, dans l’Isère. Le myosotis, donc, est bleu, mais la ludique pochette du dernier opus de Vadim Vernay est verte !!! Serait-ce prémédité ? De plus, ce musicien, batteur de formation, est basé dans notre capitale picarde : Amiens, ce qui met à mal mon intro sur les montagnes.

Tout ça sent le mystère. Enfin, importe peu, toujours est il que les myosotis sont des annuelles, bisannuelles ou des vivaces. Elles préfèrent le plein soleil ou la mi-ombre et un sol bien drainé et fertile. Et là, c’est tout à fait cohérent avec ce qui est sorti de mes enceintes à l’écoute de cet album. Samples inspirés des sources vives, caracolantes et bondissantes, dévalantes en torrents les pentes moussues. Alternances épiques et lumineuses, sombrants brutalement dans les angoissantes brumes des sous-bois humides. Cet album est paru en mars 2007, (déjà, et c’est seulement aujourd’hui qu’on en cause !!) sur un label au nom chaleureux de « Mais°n » (prononcer : maison évidemment, à la manière de l’extraterrestre E.T.). L’ambiance rythmique et subliminale me transporte une dizaine d’années en arrière, dans le monde du label Ninja Tunes où Dj Krush, Coldcut et Dj Food officiaient, mettant en valeur : Dj Vadim, The Herbaliser, Dj Food ou les monstrueux London Fuk All Stars (entres autres). Mais là, à l’écoute, l’on perçoit quand même une nette différence. Myosotis est bien proche de la fleur du même nom. Samples et instruments s’harmonisent comme les petites fleurettes bleues aux multiples pétales, gaies et souriantes comme les rythmes hachés et sexy en diable des onze titres du cd. Curieux, je me suis promené sur les différents sites internet de Vadim Vernay. Il y est dit que les ambiances misent en scène par Vadim Vernay sont : « Sombres, denses et luxuriantes »… A chacun son point de vue. Et, comme je suis d’accord, je précise et en remet une couche, si besoin est : frénétique, gaie, ou, gaie, même si l’artiste a quelques problèmes avec les accords majeurs, donc gaie et luxuriante (ça oui de oui), mais ne pas oublier que par dessus tout, ça déborde, ça pétille de poésies. C’est imprévisible. Une musique idéale pour tracer plein pot (mais pas trop vite) sur l’autoroute de la voie lactée, une musique qui transporte et ouvre les synapses obturées par l’ambiance molle de notre époque.

Vadim Vernay - Myosotis - La mine

Mais qui donc est ce Vadim Vernay ? Musicien (carresseur de peau de bêtes avec ses petits balais de sorcier) et ce depuis son plus jeune age, Vadim Vernay traverse plusieurs formations (rock, trip hop, funk, jazz-fusion, fanfare de rue, improvisation free jazz…), « frustré de ne pas pouvoir dire un mot sur les arrangements », il s’immerge dans la musique assistée par ordinateur vers la fin des 90’s. Plusieurs années durant où les nuits furent longues comme les jours, il inséra dans ses machines un fluide empli de groove et de stupre. En 2002, 21 titres donnent naissance à une maquette au nom de mausolée presleyen : Graceland. Réactions sympas de la presse. Cet engouement inattendu pousse Vadim à produire son « premier » album, « For other tracks », qui sort en 2004 sur La mais°n (on en a déjà causé), label associatif qu’il crée spécialement pour l’occasion. Le voilà donc patron de label. Vadim devient professionnel, mais lucide quant à la voie à suivre avec toute l’avancée technologique de la diffusion de ses créations. En 2005 une première tournée nationale permet à Vadim Vernay de présenter un spectacle oû se mêlent de manière intime musique électronique, création vidéo, lumières et installation scénique. En 2006, il fait partie des Découvertes électro du Printemps de Bourges. Signe d’un réel talent, c’est sur scéne que cet univers prend toute sa mesure. Construction méticuleuse d’une électronique pointue, d’instruments organiques (batterie, contrebasse) agrémentée et boostée par d’originales installations visuelles, c’est un spectacle complet, toujours sur le fil, sans cesse réinventé. Une véritable expérience, portée par une musique d’une densité inouïe, repoussant à chaque fois l’electro dans de nouvelles contrées. 2007 / Myosotis et pas mal de live-act, nous téléporte dans un mix d’atmosphères, de découpes et collages d’abstract hip-hop pesant, contrebalancés par une électronica sensuelle. Cet acharnement aux bidouillages inspirés, loin du flux actuel bobo, nous téléphérise comme par hasard aux sommets des montagnes du début. Un bien beau / bio voyage empli d’oxygène salutaire.

Bookmark and Share
Laisser une réponse