MALNOÏA Musique de l’intime

Malnoïa - M-la-music.net

Surface of arts, premier album de Malnoïa, mais semble-t-il déjà une oeuvre majeure où plane l’ombre de Björk, Tom York ou encore Robert Wyatt. Chroniques parue sur le blog M-la-musique.net.

Malnoïa. Derrière ce projet se cache une création musicale et poétique, la combinaison à la fois complexe et éclatante des musiques de Pierre Mottron (B logiq) et des textes de Xavier Colautti. Surface of arts porte bien son nom : c’est sous la surface que se construit et se cache la richesse, artistique et électronique.

Une douzaine de morceaux constituent la pièce sonore, tendue sur le fil. Toujours proche de l’accident, de la fêlure, Malnoïa est un projet définitivement funambule. Les plaques électroniques, véritable colonne vertébrale de l’ensemble, laissent suffisamment d’espace pour que la vie les meuble, les habite au détour de quelques cordes, d’un peu de piano et d’un travail de fond sur les voix. Profondément humaines, ce sont elles qui finissent de construire et d’habiter l’ensemble : pleines d’harmoniques, elles rappellent les envolées célestes de Björk version « Medulla », les plaintes de Tom York, les sirènes de Wyatt ou les grands espaces ciselés par Fredo Viola.

A la différence de Radiohead qui flirte parfois avec une complaisance arty, Pierre Mottron se garde de sombrer dans le mélo et se raccroche à l’essentiel : le son et le sens. Fin sans être fragile, Malnoïa est une vraie bonne surprise, élégante et raffinée, une musique de l’intime qui flatte les sens et reste perspicace sans être gratuitement cérébrale.

Retrouvez la chronique sur le site www.m-la-musique.net.

Bookmark and Share
Laisser une réponse